Lettre du C.A.I.H.D aux élus

lundi 28 février 2005.
 

Voici la lettre envoyée à M. Aragou par le C.A.I.H.D., le 25 février 2005. Elle était accompagné du tableau récapitulant le préjudice causé sur les activités des professionnels et associations par l’absence d’accès Internet Haut Débit.

C.A.I.H.D. Collectif pour l’Acheminement de l’Internet Haut Débit Communes de Rouvenac et de St Jean de Paracol

à

Monsieur Aragou, Président de la Communauté de Communes Aude En Pyrénées

Copie à

Monsieur le Président du Conseil Général de l’Aude Monsieur le Député de la circonscription de Limoux Monsieur le Préfet de l’Aude Monsieur le Sous-Préfet de l’Aude Monsieur le Maire de Saint Jean de Paracol Monsieur le Maire de Rouvenac

Monsieur le président,

Le tableau ci-joint répertorie une partie de la population (artisans, commerçants, prestataires de services, associations, particuliers etc.) qui exercent une activité sur les communes de Rouvenac et St Jean de Paracol.

Pour chacun de ces acteurs économiques, il identifie le type et le niveau de préjudice subi du fait de l’impossibilité d’accéder à l’Internet Haut Débit (pour information, la vitesse de transmission est inférieure à 28 kilobits par seconde).

Cette gêne, cumulée à l’absence de couverture par téléphonie mobile, nous oblige paradoxalement à nous déplacer jusqu’à Quillan ou Limoux (17 et 28 Kms) pour communiquer mieux et plus vite.

Sous prétexte d’une situation géographique incompatible avec la technique, nos communes seraient exclues de ce large et rapide déploiement de l’ADSL annoncé pour le département de l’Aude. De plus, les solutions alternatives qui nous sont proposées (Satellite, RNIS) s’avèrent inadaptées (performances, compatibilité, coût etc.).

C’est un constat amer du décalage entre les discours concernant le développement durable de notre haute vallée de l’Aude et les réels moyens mis en œuvre pour y parvenir.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nôtre respectueuse gratitude pour l’intérêt que vous voudrez bien porter à notre situation.

C.A.I.H.D.

Répondre à cet article