logo ARTICLE 48

Le chauffe-eau solaire

mercredi 22 juin 2005.
 

Qu’est-ce qu’un chauffe-eau solaire ?

Le chauffe-eau solaire se substitue aux cumulus ou chauffe-eau électriques et autres chauffe-eau à gaz pour permettre aux occupants d’un logement (individuel ou collectif) de couvrir une large part de leurs consommations d’eau chaude sanitaire, grâce à l’énergie solaire. Pour cela, il recourt à la conversion thermique du rayonnement solaire.

Quels sont les principes généraux d’un chauffe-eau solaire ?

Le chauffe-eau solaire est constitué de trois éléments (monoblocs ou séparés selon les modèles) :

-  des capteurs thermiques vitrés qui reçoivent le rayonnement solaire, l’absorbent et échauffent le liquide qui les parcourt ;

-  un ballon de stockage de l’eau sanitaire relié aux capteurs par un circuit de canalisations calorifugées (il peut être mixte, c’est-à-dire incorporer une résistance électrique qui assure un complément de chauffage si besoin)

-  des composants associés : échangeur, circulateur, vannes, régulation...

Quels sont les avantages et les inconvénients du chauffe-eau solaire ?

Avantages :

-  le chauffe-eau solaire valorise en toute sécurité une énergie naturelle, propre et inépuisable et évite le rejet dans l’atmosphère de plusieurs centaines de kilogrammes d’oxyde de carbone ;
-  l’eau est produite à bonne température (de l’ordre de 45 à 60°) ;
-  les économies réalisées représentent de 50 à 70% des dépenses d’énergie nécessaires à la production d’eau chaude sanitaire.

Inconvénients :

-  dans certaines régions peu ensoleillées, le phénomène saisonnier peut obliger à recourir à un appoint, les seuls apports solaires ne permettant pas de couvrir tous les besoins tout le temps.

Quelques conseils d’utilisation :

Taille requise : dans le cas d’un usage annuel mono-familial et dans un climat médiant (Aquitaine ), la taille d’un chauffe-eau solaire correctement dimensionné est de l’ordre de :
-  capteurs plans : 3 m² ;
-  réservoir de stockage (famille de 4 personnes) : 300 litres. Orientation des capteurs :
-  plein Sud ou au moins Sud-SudEst ou Sud-SudOuest ;
-  éviter les ombres portées (arbres, murs...). Inclinaisons
-  optimum annuel à 40 ou 50 degrés sur l’horizontale ;
-  tolérance pour raisons architecturales : 25 à 30 degrés. Pour tirer le meilleur parti du générateur, les occupants de l’habitation devront ajuster au mieux leur consommation d’électricité avec l’énergie disponible, en évitant le plus possible les pics d’utilisation. Distance aux points de puisage : la plus courte possible pour éviter les pertes thermiques dans les canalisations qui doivent être calorifugées. Protection contre le gel : liquide antigel dans le circuit primaire.

Entretien : visite ou intervention annuelle.

Répondre à cet article